mardi 27 novembre 2018

Lundi dit "Ecrasite", la mascotte de la SPA 67

Un sujet qui peut paraitre léger de prime abord mais riche de nombreux renseignements sur le vécu de nos anciens, puisque je vais aborder le cas de la mascotte de l'Escadrille : je veux parler du chien Ecrasite. Je remercie en cela Mr Thomas FAVREAU, petit fils de Louis MARTIN, mécanicien au I/5, qui à la fin de la guerre a recueilli Ecrasite et qui m'a fourni de nombreux documents.
Tout d'abord, il faut reconnaitre que l'existence d'Ecrasite n'est pas évidente de suite, en épluchant la masse de document. La première trace trouvée fut sur Internet par le biais de la photo ECPA suivante : 
Ecrasite avec le Sgc COMMEMOZ, dans son P-47.
Ou bien de celle-ci :

Grâce au carnet de vol d'Ecrasite, on comprend qu'il vient d'Afrique du Nord, puisque celui-ci débute au 2 juillet 1944, date à laquelle l'Escadrille est positionnée sur le terrain d'Oran-La Sénia.

Carnet Individuel signé de Marin la Meslée à Ambérieu le 1er juillet 1944.
On apprend que le Sgt Martin (grand-père de Mr Favreau) embarque avec Ecrasite 
à bord du C-47 n°2995 pour un trajet de 1h45  de nuit entre Oran et Alger, puis dans la foulée, 
un trajet de 4h00, entre Alger et Marseille.
Première mission comme passager, le 8 décembre 1944.
Le 8 décembre 1944, Ecrasite n'est que passager du P-47 de Commemoz lors du transfert entre le terrain du Vallon et celui d'Ambérieu, avec 1h10 de vol., puis un autre vol de nouveau comme passager le 15 décembre. Sa première mission de guerre se déroule le lendemain, comme observateur au profit de Commemoz, avec une mission de bombardement sur la batterie de Baldenhau et de mitraillage sur la route de Colmar/Trois-Epis, puis dans la foulée, toujours avec le même pilote, une mission de bombardement de péniche près de Neuf-Brisach et de la voltige au retour.
Le 17 décembre, bombardement au sud de Colmar, sur Ste Croix en Plaine et mitraillage de péniche. Puis, le jour de Noël , bombardement de la route de Trois-Epis qui est coupée. Le 26, bombardement de la voie ferrée à Sasbach.

Deux missions en janvier 1945.
Ecrasite débute l'année 1945 avec une mission, toujours avec Commemoz, de bombardement de wagons à Emmendingen près de Fribourg. La suivante aura lieu le 22 janvier 1945 avec un bombardement de la forêt de la Hartß avec une forte réaction de la Flak.

Une très forte activité au mois de février 1945, pour Ecrasite
On note un report d'un vol d’essai avec Inguimberti  sur le P-47 n°699 le 24 janvier 1945.
Le 4 février 1945, une mission de bombardement de pontons sur le Rhin à Hartheim et mitraillage de circulation dans la région au nord de la forêt de Hartd : bombardement très réussi, DCA lourde et moyenne très intense, mitraillage en vol rasant (sous le plafond), très forte DCA. le commandant Marin la Meslée est touché et s'écrase au sol et le Sgc Uhry , disparait au cours du mitraillage : résultat : une voiture automobile, deux camions sûrs, trois probables. Le Slt Muselli est touché (un obus dans l'empennage) , prend le commandement et termine la mission. Suivent treize autres missions avec Commemoz, Inguimberti et Bourcier. Lors du premier vol du 21 février, Commemoz est touché par la DCA.


Ecrasite termine le mois de fevrier 1945 avec 6 missions de bombardement, 
dont une avec le Slt Leytier.

De nouveau de très nombreuses mission en mars pour Ecrasite
De nouveau, le deux mars, Commemoz est touché par la Flak.

Au total, 21 missions de guerre pour Ecrasite en Mars 1945

Le 4 avril, Ecrasite officie avec le Slt Inguimberti, dont l'avion est touché gravement (aileron arraché). Ecrasite vole avec le Sgt Jacquet, le Sgt De Kerimel et le Slt Escaffre en plus du Sgc Commemoz, avec qui il poursuit un Me 109 le 8 avril. Ecrasite effectue sa dernière mission le 1er mai 1945.

Bien sûr Ecrasite reçoit une citation spéciale 
pour services rendus.
Ecrasite est en fait, son nom de guerre. Son nom civil est : 
Lundi ! J'ai compté 63 vols, y compris comme passager, 
mais le compte de missions de guerre semble atteindre 57 
et 117h05 de vols de guerre !
Ecrasite fut médaillé.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire