mardi 27 novembre 2018

Lundi dit "Ecrasite", la mascotte de la SPA 67

Un sujet qui peut paraitre léger de prime abord mais riche de nombreux renseignements sur le vécu de nos anciens, puisque je vais aborder le cas de la mascotte de l'Escadrille : je veux parler du chien Ecrasite. Je remercie en cela Mr Thomas FAVREAU, petit fils de Louis MARTIN, mécanicien au I/5, qui à la fin de la guerre a recueilli Ecrasite et qui m'a fourni de nombreux documents.
Tout d'abord, il faut reconnaitre que l'existence d'Ecrasite n'est pas évidente de suite, en épluchant la masse de document. La première trace trouvée fut sur Internet par le biais de la photo ECPA suivante : 
Ecrasite avec le Sgc COMMEMOZ, dans son P-47.
Ou bien de celle-ci :

Grâce au carnet de vol d'Ecrasite, on comprend qu'il vient d'Afrique du Nord, puisque celui-ci débute au 2 juillet 1944, date à laquelle l'Escadrille est positionnée sur le terrain d'Oran-La Sénia.

Carnet Individuel signé de Marin la Meslée à Ambérieu le 1er juillet 1944.
On apprend que le Sgt Martin (grand-père de Mr Favreau) embarque avec Ecrasite 
à bord du C-47 n°2995 pour un trajet de 1h45  de nuit entre Oran et Alger, puis dans la foulée, 
un trajet de 4h00, entre Alger et Marseille.
Première mission comme passager, le 8 décembre 1944.
Le 8 décembre 1944, Ecrasite n'est que passager du P-47 de Commemoz lors du transfert entre le terrain du Vallon et celui d'Ambérieu, avec 1h10 de vol., puis un autre vol de nouveau comme passager le 15 décembre. Sa première mission de guerre se déroule le lendemain, comme observateur au profit de Commemoz, avec une mission de bombardement sur la batterie de Baldenhau et de mitraillage sur la route de Colmar/Trois-Epis, puis dans la foulée, toujours avec le même pilote, une mission de bombardement de péniche près de Neuf-Brisach et de la voltige au retour.
Le 17 décembre, bombardement au sud de Colmar, sur Ste Croix en Plaine et mitraillage de péniche. Puis, le jour de Noël , bombardement de la route de Trois-Epis qui est coupée. Le 26, bombardement de la voie ferrée à Sasbach.

Deux missions en janvier 1945.
Ecrasite débute l'année 1945 avec une mission, toujours avec Commemoz, de bombardement de wagons à Emmendingen près de Fribourg. La suivante aura lieu le 22 janvier 1945 avec un bombardement de la forêt de la Hartß avec une forte réaction de la Flak.

Une très forte activité au mois de février 1945, pour Ecrasite
On note un report d'un vol d’essai avec Inguimberti  sur le P-47 n°699 le 24 janvier 1945.
Le 4 février 1945, une mission de bombardement de pontons sur le Rhin à Hartheim et mitraillage de circulation dans la région au nord de la forêt de Hartd : bombardement très réussi, DCA lourde et moyenne très intense, mitraillage en vol rasant (sous le plafond), très forte DCA. le commandant Marin la Meslée est touché et s'écrase au sol et le Sgc Uhry , disparait au cours du mitraillage : résultat : une voiture automobile, deux camions sûrs, trois probables. Le Slt Muselli est touché (un obus dans l'empennage) , prend le commandement et termine la mission. Suivent treize autres missions avec Commemoz, Inguimberti et Bourcier. Lors du premier vol du 21 février, Commemoz est touché par la DCA.


Ecrasite termine le mois de fevrier 1945 avec 6 missions de bombardement, 
dont une avec le Slt Leytier.

De nouveau de très nombreuses mission en mars pour Ecrasite
De nouveau, le deux mars, Commemoz est touché par la Flak.

Au total, 21 missions de guerre pour Ecrasite en Mars 1945

Le 4 avril, Ecrasite officie avec le Slt Inguimberti, dont l'avion est touché gravement (aileron arraché). Ecrasite vole avec le Sgt Jacquet, le Sgt De Kerimel et le Slt Escaffre en plus du Sgc Commemoz, avec qui il poursuit un Me 109 le 8 avril. Ecrasite effectue sa dernière mission le 1er mai 1945.

Bien sûr Ecrasite reçoit une citation spéciale 
pour services rendus.
Ecrasite est en fait, son nom de guerre. Son nom civil est : 
Lundi ! J'ai compté 63 vols, y compris comme passager, 
mais le compte de missions de guerre semble atteindre 57 
et 117h05 de vols de guerre !
Ecrasite fut médaillé.

vendredi 17 août 2018

Octobre 1940

1er Octobre 1940 :
Rabat
- pas de vol. météo mauvaise
Départ en permission de l'Adj Casenobe et des Sgc Wenisch , Caluzion et Dufay

2 octobre 1940 :
- réglage des armes à Médiouna
- 1 patrouille simple, attaque d'une section de 3 multiplace 

3 octobre 1940 :
- 1 patrouille attaque multiplace et essai avions
Le Slt Goupy rejoint l'Escadrille après une absence de 5 mois passé à l’hôpital et en convalescence (blessure en combat le 10 mai 1940)

4 octobre 1940 :
- 3 avions attaquent 3 multiplaces
- 2 avions, mono contre mono
- 3 avions réglage armes à Médiouna 
Le Slt Le Calvez part en permission de 20 jours à Tunis.

5 octobre 1940 :
- 4 avions entrainement
Le Sgt mécanicien Lhuillier est muté à Dakar

Le Cne Accart nous annonce par une lettre, qu’il ne revient pas au groupe et qu’il est affecté au Secteur de Défense Sud à Aix. Dans cette lettre, il dit notamment ceci :"voulez vous dire à l'Escadrille, quel magnifique souvenir je garde de tous et combien je les remercie de l'allant qu’ils ont tous montré.Je pense souvent à vous tous sans oublier ceux des mécaniciens qui se sont montrés dignes de leurs camarades pilotes et des soldats dont le dévouement dans leur travail m'a souvent touché plus que je le montrais.que tous continuent ...."

Ltt Marin / Adc Bouvard / Sgc Muselli /Ltt Plubeau /Ltt Brian / Adj Casenobe
 

dimanche 12 août 2018

Septembre 1940

2 septembre 1940 :
Rabat
- 1 patrouille légère en couverture à priori sur Rabat/Port-Lyautey
Affectations :
pilotes:
Slt Plubeau du 2/4
Adc Seguin
Adj Casenobe du 2/4
Sgc Bouttier du 3/2

mécaniciens :
Sgc Dufay du 1/4
Sgc Testa
Sgc Caluzio du 2/4
Sgt Ramage
Sgt Lhuillier
Sgt Coyarus
Sgt Maillard
Sgt Guillois
Sgt Larrieu
Sgt Cluzeau

6 septembre 1940 :
- 3 vols d'essais

8, 9 et 10 septembre 1940 :
- vols d’essai

11 septembre 1940 :
- pas de vol
Prise d'arme en l'honneur de l'anniversaire de la mort de Guynemer 

12 au 18 septembre 1940 :
- vols d'essais
Prise de commandement du général Roques, commandant de l'Air au Maroc
Le 17 septembre, prise d'armes pour l'arrivée du général Vuillemain et du général Pernès en tournée d'adieux 

19 septembre 1940 :
- 2 patrouilles simples en exercice d’attaque d'un multiplace isolé.
- 2 avions exercice mono e. mono (?)

20 septembre 1940 :
- 3 patrouilles simple d'entrainement. Attaque multiplace isolé.
Le Slt Brian rentre de mission de France 


24 septembre 1940 :
- 9 avions en protection de bombardement sur Gibraltar.
Le 23 septembre, la flotte britannique attaque Dakar. Un bombardement est effectué le 24 par 120 avions à titre de représailles, pas de chasse ennemie

25 septembre 1940 :
- pas de vols . Alerte
Le 25, un second bombardement a lieu sans protection de chasse

Composition de l'Escadrille 
Pilotes :
Ltt Marin la Meslée Cdt Escadrille Avion n°217
Slt Brian Cdt en second Avion n°224
Slt Rouquette Avion n°9 (W)
Slt Le Calvez Avion n°307
Slt Plubeau Avion n°195
Adc Bouvard avion n°288
Adc Seguin Avion n°303
Adj Casenobe Avion n°266
Sgc Vuillemain Avion n°210
Sgc Muselli Avion n°12 (W)
Sgc Bouttier Avion n°269
Sgt Lascurain  Avion n°234
Sgt Chausse

État-major
 Cne Legris de la Salle Avion n°321
Cne de la Martinière
Cne du Rusquel  
Ltt Leblanc

Mécaniciens 
Sgc Heitz chef de hangar
Sgc Dufay
Sgc Testa
Sgc Boiteih
Sgc Wenisch
Sgc Falleau
Sgc Prélat
Sgc Caluzio
Sgt Mazoyer
Sgt Martin
Sgt Thorwich
Sgt Valcin
Sgt Lafond
Sgt Maillard
Sgt Guillois
Sgt Coyarus
Sgt Lhuillier
Sgt Cluzeau
Sgt Ramage
Clc Lefevre
Clc Laliu

27 septembre 1940 :
- reprise des vols d'entrainement, 5 heures par avion et par mois
- 2 patrouilles simples, attaques de multiplace manœuvrant.
- réglage des armes de deux avions à Médiouna 

28 septembre 1940 :
- 1 patrouille simple en patrouille à priori
- matin : 9 avions, entrainement
- soir : 3 avions, entrainement

30 septembre 1940 :
- réglage 3 avions à Médiouna
- 11 avions, entrainement  



Total des heures pour le mois de septembre 
quatre vingt neuf heures et quinze minutes 
dont vingt deux heures trente minutes de vols de guerre 

Aout 1940

2 Aout 1940 :
Fez
- Néant. Interdiction de vol.
L'Adc Bouvard rejoint le groupe après convalescence (blessure au combat aérien le 13 mai 1940) 

6, 7 , 8 et 9 aout 1940:
Fez
- quelques vols d'essai et d'entrainement 

11, 12 ,16 , 17 et 19 aout 1940:
- entrainement

21 aout 1940 :
Fez - Rabat
- déplacement du groupe
Le Ltt Rey reste à Fez d’où il doit rejoindre la France après sa démobilisation.

23 aout 1940 :
Rabat
- 3 convoyages
- 6 avions pour accompagner l'avion du général d'Astier 
Prise d'armes, départ du général d'Astier

27 au 31 aout 1940 :
Rabat
- peu de vols, quelques vols d'essai 
- 2 couvertures à priori sur Rabat-Port Lyautey
- 1 convoyage
Le Cdt Nast est démobilisé à la date du 31 aout.

Total des heures pour le mois d'Aout
Cinquante heures et trente minutes 

vendredi 10 août 2018

Juillet 1940

1er et 2 Juillet 1940 :
St Denis de Sig

Interdiction de vol 

3 juillet 1940 :

- une patrouille triple de couverture

La flotte britannique adresse un ultimatum à la flotte de l’Atlantique mouillée à Oran exigeant de l'amiral Gensoul qu’il saborde ses navires. celui-ci refuse et les anglais ouvrent le feu sur la flotte dans le port de Mers-el-Kebir.
Le groupe reçoit la mission de couvrir la sortie de la flotte et le port. RAS.

4 juillet 1940 :


- une patrouille simple de couverture 

La patrouille commandée par le Cne de la Martinière attaque une hydravion Short Sunderland au large d'Oran. 

Le commandant Murtin, au cours d'une prise d'arme à Oggaz, décore de la Légion d'Honneur et de la Croix de Guerre, le Cne Vasatko, le Ltn Vrana , le Ltn Perina et le Ltn Vybiral.



Ce jour là : 
 Pas trouvé de perte dans les unités de Short Sunderland, ce jour là. 

5 juillet 1940 :

- 3 vols d'essai

6 juillet 1940 :

- néant

Départ des officiers et sous-officiers Tchécoslovaques.


Ltt Perina : 11 victoires homologuées, 2 probables , il rejoindra le Squadron 312 de la RAF dont l'insigne est... une cigogne !  
http://www.cieldegloire.com/002t_perina_f.php 

Cne Vasatko : 12 victoires homologuées, 2 probables, rejoint lui aussi le Squadron 312. Il se tuera le 23 juin 1942 en percutant en vol un Fw 190.   http://www.cieldegloire.com/002t_vasatko_a.php

Ltt Vrana : 2 victoires homologuées, 1 probable, rejoint lui aussi le Squadron 312 : http://www.cieldegloire.com/002t_vrana_a.php

Ltn Vybiral : rejoint également le Squadron 312
http://www.cieldegloire.com/002t_vybiral_t.php

Sgc Reznicek rejoindra le Squadron 313

Sgc Kothera rejoindra le Squadron 124, se crashera dans la Manche le 24 avril 1942. enterré au Pays Bas

Sgt Muller




 

7 juillet 1940 : 

- 2 patrouilles doubles de couverture

9 juillet 1940 :
 St Denis le Sig - Oran la Sénia

- déplacement de toute l'Escadrille. Changement de stationnement
  avec le GC 2/5 . Installation à la Sénia.

10 juillet 1940 :
Oran la Sénia

- 6 avions à priori

13 juillet 1940 :

- pas de vol

Remise de décoration par le général Vuillemain aux groupes stationnés sur la base d'Oran.
Légion d'Honneur :
Commandeur : CDT Nast
Officier : CDT Murtin
Chevalier: CPT De la Martinière
           CNE Accart
           LTT Marin la Meslée
           LTT REY
           SLT Rouquette 

Médaille Militaire:
 Adc Bouvard, Sgc Vuillemain ,Sgc Penzini , Sgc Muselli ,Adj Mazier 

Croix de Guerre: 
SLT Brian , Slt Rouquette, Slt Le Calvez , Sgc Vuillemain, Sgc Penzini.

Les autres pilotes avaient été décorés au cours de prises d'armes précédentes.

Pilotes tués ou blessés en combat aérien
- Cne Accart, blessé le 1er juin.
- Ltt Rey, blessé le 18 mai, rentré le 10 juin 1940.
- Ltt Goupy, blessé le 10 mai
- Adc Bouvard, blessé le 13 mai, rentré le 2 aout 1940.
- Sgc Morel F, tué au combat le 18 mai 1940.

Total des avions abattus par l'Escadrille

Homologués: 49 dont 4 en collaboration avec la 2e Escadrille.
Probables : 22 dont 2 en collaboration avec la 2e Escadrille.
Total : 71.

Nombre d'avions abattus par chaque pilote
Cdt Nast : 2 homologués, 1 probable
Cne Accart : 14 homologués, 4 probables
Ltt Marin : 15 homologués, 5 probables
Slt Rey : 8 homologués, 1 probable
Slt Rouquette : 8 homologués, 6 probables
 Slt Goupy : 1 homologué
Slt Brian : 1 homologué
Slt Le Calvez : 3 homologués, 2 probables
Adc Bouvard : 2 homologués, 1 probable
Sgc Morel : 10 homologués, 2 probables
Sgc Vuillemain : 8 homologués, 5 probables
Sgc Penzini : 9 homologués, 2 probables
Sgc Muselli : 6 homologués, 4 probables
Ltt Perina : 11 homologués, 2 probables
Cne Vasatko : 12 homologués, 2 probables
Ltt Vrana : 2 homologués, 1 probable

14 juillet 1940 :
Oran- Meknès
- déplacement de l'Escadrille : 10 avions + 2 État-major.
Le groupe quitte Oran pour être mis à la disposition du Commandement des Forces Aérienne du Maroc pour quelques jours.Le séjour se prolonge et le groupe est définitivement affecté au Maroc.

15- 22 juillet :
Meknès
- 3 liaisons, 2 vols d’essais

23 juillet :  
Meknès - Fez
- déplacement de l'Escadrille : 10 avions + 2  État-major

24 au 30 juillet: 
Fez
- Vols d'entrainement.

Total des heures pour le mois de Juillet:
Cent vingt huit heures dont cinquante cinq heures et cinquante cinq minutes de vols de guerre.

lundi 2 avril 2018

Juin 1940

1er Juin 1940 :
St Dizier
- 5 avions destruction sur les lignes
- 3 avions DAT orientée
- 2 convoyages

Combat du Sgc Penzini avec un Henschel 126, le Henschel est abattu vers 12h30 entre le Bois des Dames et le Champy, à l'Ouest de Stenay.
La Patrouille du Cne Accart, Ltt Périna et Slt Le Calvez rencontre 18+12 Heinkel 111 près de Salins (Salin-les- Bains ?) . Le Cne Accart blessé au visage saute en parachute (hospitalisé à Pontarlier) 
Le Slt Le Calvez se pose sur panne d'essence près de Gray et capote. Pilote indemne.
Le Ltt Périna rentre au terrain
Un Heinkel 111 descendu dans le Jura
Trois autres touchés avec un moteur stoppé.

Témoignage de Accart issu de son livre "Chasseur du Ciel" :" Je laisse aux Dewoitine, qui travaillent dans leur fief, la liberté de manœuvre en demeurant au-dessus d'eux. Ils se présentent par l'arrière et attaquent le centre et l'aile droite. Aucun inconvénient à ce que je me porte sur l'aile gauche , et je fonce en piqqui me place à 150m derrière le Heinkel 111 extrême gauche, pendant que je vois les D520 dégager sur la droite après leur première passe et revenir vers le peloton. Je tire rafale sur rafale et, en quelques dix ou quinze secondes, le Heinkel visé commence à perdre du terrain et à fumer. Son compte est réglé; il sera rapidement achevé, malheureux isolé, mais je ne le sauris que par mes équipiers. A ce moment, en effet, je perds connaissance..."
      Quelques secondes et je retrouve une ombre de conscience; la main que je passe sur mon visage est rougie par le sang. Mes gestes lents et pesants exigent un immense effort. La main gauche sur la manette des gaz que je ne pense même pas à réduire, le manche à balai abandonné, je fixe le tableau de bord comme pour chercher à comprendre.. Dans un voile rose, mon œil accroche l'aiguille de l'indicateur de vitesse: elle tourne, tourne, dépasse la verticale. Un éclair de lucidité : six cents kilomètres à l'heure, je suis en piqué. Plein moteur ? Je n'en sais rien.
     Toute ma volonté se tend vers un but : sauter. Mes dernières forces m'abandonnent invinciblement . Ma main qui glisse sur la manivelle dégoutante de sang, tourne lentement, péniblement, pour ouvrir la cabine pendant que je fais jouer le dispositif qui me libère des bretelles et de la ceinture . Je tombe vers l'avant. Me poussant lourdement au dehors, je sors le bras gauche qui est retourné par la vitesse pendant que je me sens brutalement collé au dossier. L'avion doit continuer sa chute vertigineuse. Un suprême effort et je m'arrache à mon fidèle 151. Mon corps heurte le plan fixe, tournoie dans le vide. Un dernier éclat de raison: ne pas ouvrir le parachute trop vite, car, il se déchirerait sous l'effet de la vitesse; ne pas l'ouvrir trop tard car je m'écraserais au sol, et je m'évanouis complétement, laissant à mes réflexes le soin de commander à mon seul bras valide de tirer sur la poignée d'ouverture que je cherche confusément sur ma poitrine..."

Le H75 n°151 d'Accart durant l'hiver

Ce jour là :

  • le Henschel du 2(H)/12 endommagé par Penzini durant une mission d'observation sur Laneuville-sur-Meuse, se pose à Martincourt -sur-Meuse. Fw J. Hofmeister légerement blessé. Avion réparable.
 
Le H75A-1 n°20 de Penzini.
  • le Cne Accart est touché par un tir d'un Heinkel 111 du 9/KG 53, il abandonne son avion près de Frasne. Le moteur sera retrouvé par Mr Marcel Dichamp et Arnaud Gillet en 2002 et sera donné au musée de l'ancienne base de Reims.
 http://www.frasne.net/histoire/biographie_capitaine_accart_souvenir.htm
Un Heinkel 111 du 9/KG53 codé A1+BT du 9/KG53

  • Le Calvez est également touché par un tir de riposte d'un He 111 du 9/KG 53. L'auteur place plus précisément le posé sur le ventre à Germigney, au lieu-dit 'la loge" . Avion réparable 
  • le Ltt Dorance, Ltt Vybiral et le Sgc Bressieux de la 2e Escadrille, abattent  un Do 17P  codé 4N+FH à Jully-sur-Sarce
 
Si l'avion est bien immatriculé 4N+FH, 
il s'agit alors d'un Do 17P de 
l'Aufklärungsgruppe 22 dont voici 
l'insigne et l'avion appartenait donc 
au 1(F).22
 
Extrait de "The Battle of France" par Peter D. Cornwell. L'épave du 4N+FH

  • Le Heinkel 111H du 9/KG 53, codé A1+CT, attaqué par Accart, Le Calvez et Périna au Sud-Est de Vesoul lors d'un bombardement d'un objectif ferroviaire près d'Ambérieu-en-Bugey, voit ses deux moteurs endommagés en feu. L'équipage l'abandonne au Sud-Ouest de Belfort alors qu'il est attaqué par les D520 du GC II/7. Il s'écrase à Grand-Crochet dans la foret de Cherimont. Uffz G. Leppin et Gefr E. Ickert tués ; Uffz W. Hohe légèrement blessé, Uffz F. Lenk gravement blessé. Le Gefreiter a sauté en parachute et est capturé indemne. Avion détruit.

Certaines sources pensent que la dernière victime d'Accart, tombée près de Pontarlier, 
ne soit pas un He 111 mais un Ju 88. Pourtant le 9/KG53 a toujours bien été équipé 
de Heinkel 111, à cette époque il était basé à Frankfurt/Rhein-Main


2 juin 1940 :
- 6 avions en protection
- 4 vols de rodage d’essais

3 juin 1940 :
- 2 patrouilles en destruction sur les lignes à partir du terrain avancé
- 2 avions en DAT sur une expédition au retour d'un bombardement sur la région parisienne
- 2 lâchés sur Curtiss (Tchèques)
- 2 rodages

Le Sgc Moravek et le Clc Raznicek Tchécoslovaques, sont affectés à l'Escadrille.
Le Cne Accart est fait Chevalier de la Légion d'Honneur

Au cours de la 2e mission de destruction sur les lignes, rencontre d'un Henschel 126 en Rethel 445. Il est tiré par Ltt Marin, Sgt Muselli, Sgc Vuillemain, Cne Vasatko. Mitrailleur tué. Il se dirige en piqué vers les lignes. Probablement abattu. (retrouvé dans la soirée)

Mission de DAT : tout le groupe décolle sur une importante expédition de bombardement qui vient de bombarder la région parisienne. La patrouille du Ltt Marin trouve une expédition de 40 Do 215 + 12 Me 110 sur Reims à 3000m. Les Me 110 interviennent. Le Ltt Marin attaque un Do 215 isolé et doit l'abandonner à Challerange à 14h10, à 800m avec le moteur gauche arreté et fumées noires à droite (Curtiss touché par un Me 109)
La patrouille du Ltt Le Calvez , Ltt Perina, Sgc Penzini trouve une autre expédition  entre Epernay et Chateau-Thierry . Le Ltt Perina est blessé au bras droit se pose sur le ventre sur un terrain près de la Ferté-Gaucher . Hospitalisé à la Ferté-Gaucher. Le Ltt Le Calvez endommage un Me 110 (fumées) 

 Ce jour là :
  • le H75 n°49 du Slt Scotte de la SPA 75 est endommagé par un Me 109 , lors d'une attaque de bombardier entre Reims et Epernay. Il se crache près de Dormans. Le Slt Scotte est tué
  • le H75 n°85 du Slt Parnière de la SPA 75, se pose sur le ventre sérieusement endommagé  lors de la même attaque de bombardiers. Parnière est sérieusement blessé à la jambe et au pied gauche. Hospitalisé a Epernay. Avion détruit.
  • Le Ltt Périna , durant la même attaque, se pose sur le ventre  après avoir été sérieusement blessé au bras et une jambe, par un Me 110 du 3/ZG 26. Hospitalisé.Avion réparable.
Insigne du 3/ZG26
 https://www.asisbiz.com/Luftwaffe/zg26.html
Un Me 110 du 7/ZG26, celui de Perina devait être codé 3U+xL
  • Le H75 n°200  du Slt Warnier de la SPA 75 se pose sur le ventre près de St Dizier, endommagé par un Me 110 du 3/ZG 26. Avion abandonné.
  • Le Sgt Delparte de la SPA 75 rentre sérieusement endommagé par un Me 110 du 3/ZG 26. Avion réparable
  • Un Me 109E-4 du I/JG 2 est sérieusement endommagé par le GC I/5 et se pose sur le ventre au Sud de Reims. Peut être abattu par Parnière. Pilote sauf, avion détruit.
  • Le Sgt Bressieux de la SPA 75 abat un Me 109E-1 du 9/JG 2 codé 8 + ~ au-dessus de Oeuilly. Le Ltt K. Schade abandonne l'avion. Avion détruit.
Insigne du 9/JG2. 
A cette période, 
le Staffel est basé 
avec le II/JG2 
à Beaulieu sur Argonne
Un Me 109E du JG2
 https://www.asisbiz.com/Luftwaffe/jg2.html
  • Un Me 110C du 9/ZG 26 est sérieusement endommagé par les Hurricanes du Squadron n°73 et par le Cdt Murtin et le Slt Parnière. se pose sur le terrain de Ste Marie -Chevigny. Uffz E. Ahrens et Gefr A. Fiedler tués.
Insigne du 9/ZG26. 
A cette période 
le III/ZG26 est basé 
à Rouen-Boos. 
Le Me 110 devait 
être codé  3U+xT.
4 juin 1940 :
- 8 avions en mission de protection
- vols d'entrainement pour les jeunes pilotes Tchèques
- 1 liaison St Dizier Lyon
La composition des patrouilles a varié. Le Slt Le Calvez devient chef de patrouille d'accompagnement n°3. Le Sgc Vuillemain est chef de la patrouille n°2
Le Ltt Marin la Meslée se rend à Lyon pour y voir le Cne Accart, hospitalisé dans cette ville.

5 juin 1940 :
- 4 patrouilles doubles de destruction sur les lignes
- 1 avion de DAT avec la 2e Escadrille
- entrainement des jeunes pilotes
L'Escadrille apprend la mort des suites de ses blessures du Sgc Morel, à l’hôpital de Chartres .
Le Sgc Morel avait été blessé lors d'un combat le 18 mai contre 42 Heinkel 111. Il Avait abattu 3 avions au cours de cette mission.. Croix de Guerre : 12 avions abattus dont 10 homologués 

6 juin 1940 :
- 1 patrouille triple de protection et destruction sur les lignes
- entrainements et essais
- 1 liaison à Coulommiers
- 1 patrouille triple. Protection
Remise de décorations : par le Général Roques commandant les Forces Aériennes de la 2e Armée, en présence du Général Odic, commandant la ZOAC . Le général :
- décore de la Croix de Guerre, l'Adc Emprin , mort pour la France,
- cite à l'Ordre de l'Armée Aérienne le Groupe de Chasse I/5,
- cite le Cdt Murtin à l'Ordre de l'Aviation de Chasse,
- cite le Ltt Marin la Meslée à l'Ordre de l'Armée Aérienne  et à l'Ordre de la Division Aérienne,
- cite le Slt Rey à l'Ordre de l'Armée
- cite l'Adc Bouvard à l'Ordre de l'Armée
Visite de deux journalistes américains



7 juin 1940 :
- 1 patrouille triple de destruction au profit de la 6e Armée
- 2 missions de couverture aux vues et coups
- 2 patrouilles doubles
- 1 convoyage
- entrainement

Engagement de la patrouille triple :
- un Henschel 126 attaqué par la patrouille  du Ltt Marin. Le Henschel rentre dans ses lignes.
- puis la patrouille attaque un peloton de Ju 88 et deux pelotons de  3 à 5 Heinkel 111 : plusieurs  endommagés, pas d'avion abattu chez nous.

Ce jour là :
  • Dorance, Lefol et Girou, de la 2e Escadrille abattent un Henschel 126 du 2(H)/12 , à Olizy-Primat
  • Un autre Henschel 126 du 2(H)/14, se pose endommagé par Marin-la-Meslée, Vrana et Muselli, à Chivres-Val. Le Lt E. Martin est légèrement blessé, l'observateur est indemne. L'avion est jugé réparable. 
Insigne du 2(H)/14
  • Un Heinkel 111P du Stab/KG 55 rentre sérieusement endommagé au Nord-Est de Soissons lors d'un bombardement de troupes entre Soissons et Compiègne. Il est possible qu'il s'agisse de la victime de Marin-la-Meslée, Rouquette, Le Calvez et Penzini. L'Uffz J. Geiger et le Gefr O. Unterstab sont légèrement blessé, le reste de l'équipage est indemne
 
Un Heinkel 111 du KG55.
 https://www.asisbiz.com/Luftwaffe/kg55.html
Insigne du KG55. Il est basé à Leipheim.
  • Un Heinkel 111P du 2/KG 55 , endommagé par le GC I/5, se pose sur le ventre au Sud-Ouest de Laon. L'avion est détruit.
  • Un Heinkel 111P du 4/KG 55, rentre sérieusement endommagé d'un combat avec le GC I/5, durant cette même attaque, peut être par Vasatko, Vrana, Rouquette et Vuillemain. 
Un Heinkel 111 du 4/KG55

8 juin 1940 :
St Dizier et Evreux
- 1 patrouille triple en protection spéciale
- 1 patrouille double de destruction en renforcement du GC 1/4

2 sous-officiers mécanicien Tchèques affectés à l'Escadrille : Adj Kamarad et Caporal Kopacky

Mission de destruction et de couverture sur la Seine entre les Andelys et Vernon. Au cours de la mission, la patrouille d'accompagnement commandée par le Sgc Vuillemain abandonne le dispositif pour identifier un avion évoluant en dehors du secteur. Elle est entrainée dans le combat contre une expédition de Ju 87 fortement protégée par des Me 110. Le Cne Vasatko abat un Ju 87 mais est pourchassé par 12 Me 110 qui endommagent son avion. Le Sgc Vuillemain a un Ju 87 probable et le Slt Rouquette un sûr et un probable. Vuillemain et Rouquette sont également attaqués par des Me 110. Le Slt Rouquette se pose en campagne sur le ventre (n°125) et le Cne Vasatko se pose sur le terrain mais le train non verrouillé (panne) cède (avion 227)
La patrouille guide (Ltt Marin) rencontre des Me 110 mais n'engage pas le combat à cause de la disproportion numérique


Ce jour là : 

le Cne Vasatko a subit quelques dommage par l'Oberst Borchers du 4/ZG 76 protegeant les Ju 87 du 2/StG 2 au dessus de Rouen et se pose à Evreux-Fauville
Un Me 110 du ZG76 codé M8+Dx
Un Stuka Ju87 du StG2 codé T6+xx
Le Slt Rouquette endommage son H75 n°125 à court de carburant lors du posé, après l'attaque des mêmes Ju 87 

Un Ju 87R du 2/StG 2 est sérieusement endommagé par le Slt Rouquette à l'Est d'Elbeuf  et se pose à Remaisnil
Un Ju 87R du 5/StG 2 est descendu par Vasatko et Rouquette à l'Est d'Elbeuf à Freneuse. Le Lt Pfannenstein et l'Uffz Wurz sont tués.

09 juin 1940 :
St Dizier
- 1 patrouille simple DAT
- 1 patrouille triple destruction 
entrainement

Patrouille triple d'un dispositif composé de 4 patrouilles triples avec le GC 2/4 et la 2e Escadrille. La patrouille de la 1ere Escadrille en dernière protection, n'est pas engagée
L'Adc Bouvard rend visite à l’Escadrille avant de prendre 30 jours de convalescence.

10 juin 1940 :
- 1 patrouille triple de destruction
- 1 patrouille double de destruction
- 2 vols d'entrainement

Le matin, la patrouille triple est protégée par une patrouille triple de la 2e Escadrille.Rencontre 3 Ju 88 protégés par 15 à 20 Me 110.La 1ere Escadrille attaque les Ju 88 pendant que la 2e Escadrille neutralise les Me 110.Les Ju 88 larguent leurs bombes, l'un deux, tiré par le Cne Vasatko, Ltn Marin, Slt Rouquette, Slt Le Calvez, Sgt Penzini, est abattu dans la région de Vouziers, l'équipage saute en parachute.L'ailier droit tiré par Ltn Marin, Ltn Vrana, Ltn Muselli rentre probablement chez lui.
Le soir, rencontre avec une formation de 50 bombardiers protégés par autant de Me 110. Notre patrouille attaque les bombardiers par l'avant et renouvelle par l’arrière tandis que la 2e Escadrille s'occupe des Me 110. Résultats: 1 He 111 abattu dans la région de Vouziers par le Cne Vasatko, plusieurs autres touchés.
Le Slt Brian revient à l'Escadrille après 5 mois passé au CEMA.

Ce jour là :
Le Slt Le Calvez rentre avec son avion endommagé après un combat avec des He 111 du 1/KG 53 près de Vouziers.
Un Heinkel 111 du 1/KG53

Un Do 17Z du 4/KG 2 lors d'une sortie sur Reims, rentre endommagé par Ltn Marin, Cne Vasatlo, Slt Le Calvez, Slt Rouquette et Sgt Penzini, près de Châtillon sur Bar , un membre d'équipage blessé.
Insigne du 4/KG2, basé à Trier-Euren
https://www.asisbiz.com/Luftwaffe/kg2.html

11 juin 1940 :
St Dizier
- 1 patrouille triple de destruction
- 2 convoyages
Le Slt Rey rejoint l'Escadrille

12 juin 1940:
St Dizier vers St Parres les Vaudes
- 3 patrouilles simples de couverture
La patrouille du Cne Vasatko,Slt Rouquette, Sgc Penzini abat un He 126 près de Nettancourt  (N de Revigny)
Les officiers et s/officiers pilote sont hébergés au château de Chappe ou Mr et Mme Monchauffé leur réservent un excellent accueil mais ce n'est malheureusement que pour une nuit, le groupe ayant reçu une nouvelle destination. L'Armée de Terre perd pied et la débâcle commence.

Ce jour là :
seul un Hs 126 du 2(H)/12 est touché par un tir venu du sol mais qui rentre au terrain et deux Hs 123, mais les zones ne correspondent pas.

13 juin 1940 :
St Parres les Vaudes vers Avallon
- Déplacement de l'Escadrille

14 juin 1940 :
Avallon
- 1 patrouille double de destruction
- 1 liaison 
Rencontre de 12 Me 109 sans résultat de part et d'autre
Le recul pris la veille n'est plus suffisant, le groupe doit se porter le lendemain dans la région de Bourges

15 juin 1940 :
Avallon vers Bourges
- 1 patrouille simple de destruction
- 1 patrouille double de destruction
déplacement de l'Escadrille
La patrouille simple accompagnée d'une patrouille simple de la 2e Escadrille rencontre 1 He 126. Les 3 pilotes de la 2e Escadrille et le Ltt Brian l'abattent à Les Riceys, à l'Est de Troyes.
La patrouille double décolle en fin de matinée, elle rencontre 2 pelotons de 3 Do 215. Elle attaque celui qui entre dans nos lignes, le combat dure près de 20 minutes. Les Do rentrent dans les nuages et disparaissent. 
A bout d'essence, la patrouille se pose à Til Chatel. Le Sgc Moravek se pose en campagne au Sud de Langres et ne donne plus de ses nouvelles. Le Clc Raznicek qui s'est posé à Neufchateau rentre à Avallon dans l'après-midi

Ce jour là :

 https://i.skyrock.net/6612/55616612/pics/2404098621_1.jpg
 https://i.skyrock.net/6612/55616612/pics/2404100401_1.jpg
 http://www.aerosteles.net/stelefr-heuilley-moravek
 http://francecrashes39-45.net/page_fiche_av.php?id=2100

La note 26569 SPAA/S du 17 septembre 1941, signale qu’un avion Curtiss est tombé en flamme vers le 15 juin 1940 à Heuillay le Grand dans la Haute-Marne.Il s'agit sans aucun doute du sergent-chef Tchécoslovaque Moravek , pilote de l'Escadrille porté disparu au retour d'une mission de destruction sur le secteur Bar-le-Duc / Sainte-Ménéhould le 15 juin 1940 vers 12 heures. La patrouille double qui exécutait cette mission était commandée par le lieutenant Marin-la-Meslée.Celui-ci a vu le Sgc Moravek lui faire des battements d'ailes en lui montrant par gestes, qu’à bout d'essence , il était obligé de se poser.Lui même à court d'essence, comme les autres, n'a pas pu tourner sur place pour suivre les évolutions de Moravek et continuera tout droit pour se poser quelques minutes plus tard, sur le terrain de Til-Chatel, juste au moment ou les personnels de la Compagnie de l'Air s’apprêtaient à faire sauter les soutes à essence.Les Allemands se trouvaient à ce moment dans les faubourgs de Langres.
Voici les termes de la note citée plus haut :
"A Heuillay le Grand (Hte Marne)"
"La plaque du moteur portait les numéros suivants : 1793.652 / 1793.654 / 1951.320 / 1951.321 / 1958.261"
"A la suite d'une panne d'essence,le pilote de cet avion fit un atterrissage forcé dans un champ. il put trouver sur place le carburant nécessaire et décolla normalement, lorsque arrivé à 300m d'altitude, l'avion explosa."
"Le pilote carbonisé n'a pu être identifié.Il a été inhumé dans le cimetière communal. Le pilote qui était âgé d'environ 20 ans serait, d'après les habitants, de nationalité Tchèque"
"les numéros relevé sur la plaque du moteur, ne donnant aucun renseignements car ce sont des n° de brevets qui se retrouvent sur tous les moteurs de type. Mais le point de chute et les circonstances relatées par les témoins ne laissent aucun doute sur le fait qu’il s'agit de Moravek. Le temps de chercher de l'essence et de faire le plein, les allemands devaient avoir progressé de plusieurs kilomètres et il est possible que Moravek ait été touché par la Flak légère aussitôt après le décollage"

Un HS 126 du 2(H)/23 est abattu durant une reconnaissance au Sud de Langres, probablement par Vasatko, Brian, Tallent et Kothera (SPA 75), au nord des Riceys. L'observateur J. Schmidt est tué, le pilote sauf. L'avion est détruit 

16 juin 1940:
Bourges vers Vichy
 - Déplacement de l'Escadrille
Nouveau changement de terrain. Le groupe doit gagner Chambarran.
Après avoir touché 4 avions neufs dont deux Curtiss à moteur Wright , l'Escadrille part. Le Ltt Brian avec 6 avions se pose à Vichy , à cause du mauvais temps. Le Ltt Marin s'y pose une demi-heure plus tard à cause d'une fuite d'huile. Ses équipiers l'imitent. L'escadrille se trouve ainsi reconstituée.Un coup de téléphone reçu du Cdt Murtin nous apprend que nous devons aller à Carcassonne et non à Chambarran.

17 juin 1940:
Vichy - Clermont-Ferrand - Carcassonne
 - Déplacement 9 avions
Les 9 avions de l'Escadrille vont de Vichy à Clermont-Ferrand, pour faire le plein.Le mauvais temps nous permettant de partir qu'à 18h et nous oblige à contourner le Massif Central par le Nord et l'Ouest- 700 kms , le groupe est enfin reconstitué à Carcassonne à 20h45.nous apprenons que nous devons passer la Méditerranée le lendemain. Le groupe 2/5 est également sur le terrain de Carcassonne.

18 juin 1940:
Carcassonne
 - Déplacement deux avions
Tout le Groupe se rend à Perpignan pour prendre le départ vers l’Afrique mais le terrain de la Salanque  d'avions et on nous réexpédie sur Carcassonne ou nous retrouvons le calme. Ce calme est d'ailleurs légèrement troublé par de grandes discussions sur le rayon d'action des Curtiss, le régime économique, la flotabilité etc...

19 juin 1940:
- idem Journée d'attente. Le Cne de la Martinière qui a rejoint le groupe la veille, est affecté pour les vols, à l'Escadrille.
Le Ltt Perina, après sa convalescence, a réussi à retrouver le groupe. Il est accueilli avec joie.

20 juin 1940:
Carcassonne- Alger (Maison-Blanche) - Déplacement
Traversée sans histoire des 26 avions du groupe.2 heures et demi au dessus de l'eau. Agréable sensation à la vue des Baléares et surtout d'Alger.

21 juin 1940:
Alger
- 3 liaisons
- 1 lâcher
Le Sgt Chausse est affecté à l'Escadrille et fait son premier vol sur Curtiss

22 juin 1940:
Alger- St Denis du Sig
- Déplacement
Arrivée dans le bled sur un domaine splendide, mais un peu poussiéreux. L'activité aérienne touche à zéro. Le moral évolue dans le même sens.Les bains de mer viennent heureusement nous distraire.  
23,24,25,26 et 27 juin 1940:
- quelques vols d'entrainement 
L'Armistice est signé avec l'Allemagne et l'Italie.
Nous attendons la mort dans l’âme, les conséquences.
Le Sgt pilote Lascurain est affecté à l'Escadrille venant du groupe I/131 de Cazaux.


28,29 et 30 juin 1940 :
-Les vols sont arrêtés

Composition de l'Escadrille à la date du 30 juin 1940 :
Avion n°217: Ltt Marin-la-Meslée,mécanicien:le chef de hangar:Adj Mazier 
Avion n°210: Ltt Rey , mécanicien : Sgc Heitz
Avion n°224: Slt Brian: mécanicien : Sgc Baillet
Avion n°234: Slt Rouquette, mécanicien : Sgc Wenisch
Avion n°288: Slt Le Calvez, mécanicien : Sgc Falleau
Avion n°303: Sgc Vuillemain, mécanicien : Sgt Prélat
Avion n°307: Sgc Penzini, mécanicien : Sgt Mazoyer
Avion n°321: Sgc Muselli, mécanicien : Sgt Lafond
Avion n°9 Wright : Sgt Lascurain, mécanicien : Sgt Martin
Avion n°12 Wright: Sgt Chausse, mécanicien : Sgt Thorwitch
Avion n°16 Wright: Clc Raznicek, mécanicien: Sgt Valcin
Avion n°47 Wright: Cpt Vasatko , mécanicien :Sgt Maurand
Avion n°61 Wright: Ltt Vrana , mécanicien : Clc Lefèvre
                   Ltt Périna, mécanicien : Clc Lalin

Manquants : 
pilotes :
Cne Accart : Hopital de Lyon 
Slt Goupy : Hôpital de Mont de Marsan
Adc Bouvard: en convalescence
Sgc Moravek : posé en campagne le 15 juin, n'a pas rejoint (voir à cette date)

mécaniciens :
Sgt Viala : hôpital de St Dizier
Sgt Maissiu : perdus en cours de déplacement de l'échelon roulant de Bourges à Port Vaudes
Sgt Blandeau : idem
Sgt Kupperoth : idem